Sa majesté des mouches

Sa_majeste_des_mouches

Sa Majesté des mouches (titre original : Lord of the Flies) est un roman de l’auteur anglais William Golding publié en 1954. En France, il paraît pour la première fois en 1956. Ce roman, qui montre la fragilité de la civilisation en décrivant le parcours régressif d’enfants livrés à eux-mêmes, est souvent considéré comme un livre pour enfants et est régulièrement étudié à l’école primaire ou au collège. Pourtant, sa violence sauvage, crue et sensuelle en fait un livre difficile et troublant. La finesse de son analyse et la qualité de son écriture en font par ailleurs une œuvre à part entière

Résumé: 

Un avion transportant exclusivement des garçons anglais issus de la haute société s’écrase durant le vol sur une île déserte. Le pilote et les adultes accompagnateurs périssent. Livrés à eux-mêmes dans une nature sauvage et paradisiaque, les nombreux enfants survivants tentent de s’organiser en reproduisant les schémas sociaux qui leur ont été inculqués. Mais bien vite le vernis craque, la fragile société vole en éclats et laisse peu à peu la place à une organisation tribale, sauvage et violente bâtie autour d’un chef charismatique et d’une religion rudimentaire. Offrandes sacrificielles, chasse à l’homme, guerres sanglantes : la civilisation disparaît au profit d’un retour à un état proche de l’animal que les enfants les plus fragiles ou les plus raisonnables paient de leur existence. ( Source Wikipédia)

Ce que j’en pense:

Au départ, j’ai voulu lire  » Sa majesté des mouches » parce qu’il me semblait que c’était une oeuvre incontournable. Elle l’est toujours évidemment. Mais en lisant je me suis rendu compte que cela n’était pas que çà. Wiliam Golding nous décrit ici une histoire à peine croyable, où une bande d’enfants sont livrés à eux-même sur une île déserte.  Tout ce qu’on a imaginé qu’il pourrait se passer, n’arrivera pas, non ce sera tout l’inverse. Je me suis étonnée, j’étais scotchée à mes pages, pas moyen de m’arrêter. Ce livre est puissant, la lecture est difficile parfois, Mr Golding a sa façon bien à lui de faire parler les personnages et de les mettre en action. Mais on s’y habitue, on s’accroche et c’est temps mieux. On voudrait leur crier bien fort ce qu’il faut faire pour rester en vie, mais ce serait en vain de toute façon. Certains passages sanglants m’ont turlupinés, c’est vrai comment des enfants pourraient être aussi atroces?! Mais c’est la loi de la jungle et du plus fort, les faibles s’agenouillent ou périssent…

Bref je recommande à tous ;)  

 

 

Cliquez sur « http://labibliothequedesophie.unblog.fr/  » pour voir tous les autres articles.

Publié dans : Les articles |le 20 août, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Une phrase, voire plus.. |
book's house |
Elplume |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Delphinebilienchalansonnet
| Littérature: poésies et ses...
| A Book Please