Sylvia Plath – La cloche de détresse

La cloche de détresse par Plath

Ce que j’en ai pensé:

La grande oeuvre de Sylvia Plath est un peu désincarnée. Plus on avance dans la lecture de ce roman, plus on a l’impression de voir une petite fleur timide perdre pétale après pétale pour ne plus garder que quelques pistils dénudés et vulnérables au vents et aux changement de temps.
La cloche de détresse est une preuve que la grandeur d’esprit n’équivaut pas forcement à un esprit sain. C’est un écrit d’une sincérité inégalée, Sylvia Plath expose sa folie et se regarde à travers le miroir de ses mots, et tend la main aux plus profondes ténèbres qui l’habitent. Tout démarre de rien, tout démarre de tout. Son héroïne, Esther n’est que l’ombre de sa propre personne, celle qui avoue, celle que le papier et l’encre refusent, celle qui a une enveloppe de géante devant la face du monde, mais qui contient une toute petite personne cachée à l’intérieur, fébrile, regardant à travers les meurtrières de sa forteresse. 
Quels beaux mots y a t-il pour décrire ce puits d’ombre abritant la vie ? Il n’y en a aucun de signification équivalente. Certains trouvent la vie dans la mort, quand pour la plupart du monde, le premier instinct au premier battement de cœur est de vivre, d’autres comme notre héroïne ont l’instinct de mourir. Certains êtres ne sont pas fait pour ce monde, à tout moment c’est comme si son corps et son esprit rejetaient la vie.
Ce livre est un poème long et court, plein et vide, ce livre est un tout , qui doit être lu et apprécié pour ce qu’il représente, pour la période de la vie de l’artiste, qu’il nous raconte. Ceux qui jugeront Sylvia Plath ou Esther pour cette oeuvre ou pour l’acte qui mettra fin à sa vie commettrons une hamartia. Car cette oeuvre fait partie de Sylvia P et l’auteur en fait partie également. Ce livre n’est qu’une brique décimentée du mur de sa vie, le prendre à par du reste pour le juger, ne veut rien dire. La vie de Sylvia. P complète est vraiment toute son oeuvre… Toute la philosophie est là…
On la remercie de ce grand bouquet de proses. Ce qu’elle nous laisse est une Lumière Guide dans les chemins tortueux de l’esprit, pour éclairer nos idées quand nos émotions se font feu.
Un roman poignant recommandé aux lecteurs avertis.

Publié dans : Les articles |le 1 octobre, 2016 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Une phrase, voire plus.. |
book's house |
Elplume |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Delphinebilienchalansonnet
| Littérature: poésies et ses...
| A Book Please